Les Français n’ont jamais acheté autant de logements… pour pouvoir les relouer

  • by Muriel Robert
  • Jan 20, 2020
  • 0
  • Category:


ANTOINE LAURENT  PUBLIÉ LE 06/01/2020 À 21H42  MIS À JOUR LE 07/01/2020 À 17H02

Un nouveau record de France est tombé: plus d’un million de transactions ont été réalisées dans l’immobilier ancien en 2019. Les acheteurs n’ont jamais autant investi dans la pierre… mais pas pour habiter dedans. Explications.

“En près de 25 ans de carrière, je n’avais jamais vu ça”. Ça, ce sont les volumes de ventes exceptionnels enregistrés par Laurent Vimont, le président du réseau d’agence immobilières Century 21. Pour la cinquième année d’affilée, l’activité de son réseau a progressé. Et pour cause : plus d’un million de transactions ont été réalisées en France en 2019. Un record battu, en grande partie grâce aux taux de crédits immobiliers historiquement bas proposés par les banques l’année dernière.

Les Français investissent de plus en plus pour relouer

Et pourtant, les Français ont acheté moins de résidences principales. Leurs ventes ont baissé 5,4% de comparé à 2018. Idem pour les résidences secondaires. Moins 4,7% de volumes de ventes sur un an, estime le réseau d’agence. Mais alors, comment le marché a-t-il pu battre des records de volume en 2019 ? “Les ventes ont surtout été poussées par les investissements locatifs”, répond Laurent Vimont

En 2019, ces logements (destinées à être reloués pour obtenir une rente) ont représenté 27,2% des signatures. Soit une progression de plus de 25% sur un an ! Rapportés à la décennie, les chiffres sont encore plus impressionnants. En 2010, ces ventes ne représentaient qu’environ 15% des volumes. “A l’époque, le marché tournait autour de 600.000 transactions par an, et non un million”, contextualise Laurent Vimont. Par une simple règle de trois, Century 21 a ainsi pu déduire que les ventes pour investissements locatifs ont progressé de 200% en dix ans !

En Ile-de-France, le phénomène est particulièrement spectaculaire. Les ventes ont progressé de 69% en deux ans, note le réseau d’agences. “C’est une vraie dynamique. Entre 2009 et 2017, ces ventes tournaient entre 10 et 13% des volumes de l’Ile-de-France. En 2018, ils ont atteint 17% des transactions. Et en 2019, on en est à 22,2%”, partage Century 21. A Paris, ces investissements atteignaient même 31% des volumes de ventes en 2019.

Beaucoup d’acheteurs sont jeunes, ouvriers ou employés

Les investissements locatifs sont moins coûteux que les résidences principales. 134.202 euros en moyenne, contre 217.617 euros tout type de transactions confondus. “Les Français s’inquiètent pour leur niveau de retraite, et les autres placements manquent de rendement. On pense que les acheteurs ont cherché à se constituer un patrimoine à crédit, une rente, sur un actif considéré comme sûr”, analyse Laurent Vimont. Un raisonnement qui, selon le directeur de réseau, a particulièrement touché la génération des 40-50 ans. Cette population a ainsi acquis 20,4% du total des biens vendus en 2019.

Autre enseignement tiré par Century 21 : près de la moitié des logements (investissements locatifs ou non) ont été acquis par des générations de moins de 40 ans. Au total, estime le réseau, 42% des acheteurs étaient des primo-accédants. “Jamais autant de Français ont été éligibles à l’achat de logement”, décrypte Laurent Vimont. Les employés et les ouvriers ont ainsi représentés 39,2% des acheteurs en 2018, face à 23,7% de cadres moyens et 15,6% de cadres supérieurs ou professions libérales.